Communiqués de presse

Contenu

Célébration de la fête religieuse Fête de l’Aïd-al-adha

 

La célébration de la fête de l’Aïd al Adha, ou Aïd-el-Kébir, se déroulera cette année le 4 octobre.

A cette occasion, les pouvoirs publics sont attentifs à la conciliation du profond attachement des musulmans à l’accomplissement de ce rite, avec les dispositions législatives et réglementaires relatives à la santé publique, à la protection animale et au respect de l’environnement.

Dans ce cadre, le Préfet de Corse-du-Sud rappelle que l’abattage des moutons est autorisé uniquement dans les abattoirs agréés du département, pouvant déroger à l’étourdissement et disposant de sacrificateurs habilités, titulaires d’un certificat de compétence.

Ces abattoirs sont les suivants :

-  abattoir de Cuttoli-Corticchiato (lieu-dit Talavesa Sgaretato, 04.95.53.72.10)
-  abattoir de Porto-Vecchio (lieu-dit Piccovaggia, 04.95.70.30)
-  abattoir temporaire de Porto-Vecchio, organisé par Xavier de Rocca-Serra.

Cet abattoir temporaire mis en place pour la première fois dans le département permettra de mieux répondre à la demande.

Seules les carcasses d’animaux abattus dans ces abattoirs autorisés subissent une inspection sanitaire vétérinaire. Cette inspection, réalisée par les agents des services vétérinaires de l’État, est indispensable pour garantir que les animaux abattus sont propres à la consommation humaine, et que leurs organes susceptibles d’intervenir dans la transmission des encéphalopathies (type « tremblante ») ont bien été retirés de la chaîne alimentaire.

Tout consommateur est en droit d’exiger de connaître la provenance de la carcasse, attestée par l’apposition de l’estampille sanitaire officielle ou le scellé sanitaire de l’abattoir.

Il est enfin rappelé que le sacrifice des animaux en dehors d’un abattoir est interdit, et peut être réprimé par une contravention de 4e classe, allant jusqu’à 750 euros.

Les sites d’abattoirs sauvages, notamment au vu des efforts réalisés pour faire émerger une offre d’abattage légal ne sauraient être tolérés. Des contrôles de police et de gendarmerie seront réalisés.

 
 

Documents associés :