Communiqués

Contenu

Convention d’application Université - Etat - CTC

 

Communiqué conjoint du préfet de Corse et du recteur de l’Académie de Corse.

 

Suite à l’article, paru ce jour dans les colonnes de Corse Matin, relatif à la convention d’application tripartite entre l’Université, l’Etat et la CTC, le préfet de Corse et le recteur considèrent comme opportun d’apporter les éléments de réponse suivants.

L’Université sollicite de l’Etat la création de 62 postes pour la période 2013-2017. Eu égard à des contraintes budgétaires évidentes, le ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, a examiné la demande de l’Université avec une attention particulière en attribuant quinze postes, soit quasiment le double de la dotation initialement envisagée, alors que, selon les normes de programmation retenues au niveau national, la dotation aurait dû être nulle. Cela signifie clairement que l’Université de Corse fait bien l’objet d’un traitement singulier.

La situation de l’Université de Corse continue de retenir toute l’attention du gouvernement en ce qui concerne les postes qui lui seront définitivement alloués. Suite aux derniers échanges entre le directeur de cabinet du ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, le préfet et le recteur, la dotation de cinq postes, prévue dès la rentrée universitaire 2014, a d’ailleurs ainsi été portée à huit postes.

De plus, un groupe de travail a été mis en place dès mercredi 4 juin afin d’établir un état des lieux des besoins complémentaires recensés pour les rentrées universitaires 2015, 2016 et 2017. Cette démarche initiée par l’Etat démontre que le cadre contractuel reposant sur une logique partenariale est parfaitement respecté.

L’avenir de l’île dépend évidemment en large part de la réussite de son université et de la qualité de son projet. L’Etat poursuit ses efforts avec détermination et bienveillance. Il ne peut en aucune manière lui être reproché de ne pas accorder d’intérêt suffisant à l’enseignement supérieur et à la recherche en Corse. Les 35,25 millions d’euros inscrits au budget 2014 de l’Université, soit 75 % des recettes globales, devraient lever toute équivoque sur ce point.