Contenu

Gestion de la posidonie sur les plages

 

L’espèce est en péril sur l’ensemble de la Méditerranée pour de multiples raisons : pollutions, mouillages anarchiques notamment.

La posidonie vivante, participe grandement au maintien de la bonne qualité des eaux et du milieu marin.

Déposée morte en grande quantité sur les plages, l’une de ses fonctions est de permettre aux plages de mieux résister aux intempéries hivernales et éviter une modification du trait de côte.

Compte tenu de ces éléments, et bien qu’elle soit abondante sur le littoral de la Corse, la posidonie est une espèce protégée au titre de différents textes internationaux et nationaux.

Ce statut d’espèce protégée est une contrainte réglementaire forte : la posidonie ne doit pas être manipulée, qu’elle soit morte ou vivante. Cependant une circulaire du ministère de l’écologie tolère le déplacement sur site des posidonies en offrant la souplesse nécessaire pour élaborer un compromis de gestion.

Des pratiques de nettoyage préjudiciables sont encore trop régulièrement observées : enlèvement des banquettes de posidonies mais aussi de la végétation dunaire, le dépôt en tas dans les fourrés littoraux, les embouchures de rivière, les arrières plages … Autre pratique moins fréquente mais tout aussi illégale et délétère : l’enfouissement de posidonies dans le sable de la plage, qui provoque des fermentations à l’origine de gaz malodorants voire dangereux.

La bonne gestion des posidonies vise donc à résoudre une contradiction : laisser les posidonies sur place comme le préconise la réglementation en matière de protection de l’environnement tout en permettant l’usage balnéaire des plages en saison touristique.

Dans ce cadre, des bonnes pratiques peuvent être établies après expertise au cas par cas de chaque plage ; elles ne visent pas à un nettoyage exhaustif mais à un compromis social et écologique permettant de gérer plus sainement la plage.

D’un point de vue réglementaire, les maires, au titre de leur pouvoir de police générale, sont compétents pour conduire les opérations de nettoyage des plages (articles L.2212-2 et L.2212-3 du code général des collectivités territoriales), y compris de déplacement de posidonies. A ce titre, et dans le cas d’opérations de déplacement de posidonies situées sur le domaine public maritime (DPM) impliquant la circulation d’engins de travaux, une demande d’autorisation doit être réalisée auprès de la DDTM territorialement compétente.