Communiqués

Contenu

Incendies en Corse - point de situation à 18h

 

La Corse fait face aujourd’hui à une pression incendiaire particulièrement forte, notamment en Haute-Corse, sans commune mesure avec celle constatée durant la saison estivale.

En conséquence, de nouveaux renforts nationaux ont été mobilisés pour appuyer l’action des sapeurs-pompiers de Corse-du-Sud et de Haute-Corse, renforcée également en hommes et en matériels.

Douze avions sont désormais engagés en Corse : 7 canadairs et 4 trackers, ainsi qu’un avion d’investigation ont rejoint l’île et interviennent sur les incendies dans les deux départements.

Deux canadairs et trois trackers ont ainsi rejoint dès ce matin les quatre appareils repositionnés à Ajaccio et Bastia depuis le 16 octobre.

Sur le plan des renforts terrestres, le Centre opérationnel de gestion interministérielle de crises (COGIC), en accord avec le Centre opérationnel de zone sud (COZ), a décidé dès ce matin d’envoyer une section de 40 hommes des Forces militaires de la sécurité civile (FORMISC) par avion, venue renforcer l’action des deux sections FORMISC déjà basées à Corte.

Il a également été décidé d’engager une colonne de renfort en provenance des SDIS des Bouches-du-Rhône, du Var et du bataillon des marins pompiers de Marseille (BMPM), renforcé d’un détachement héliporté du BMPM et d’une unité de travaux forestiers. Cette colonne, forte de 70 hommes, est attendue dès demain matin à AJACCIO.

Au vu des conditions météorologiques, le respect des arrêtés de prorogation d’interdiction d’emploi du feu jusqu’au 27 octobre inclus reste donc primordial dans les deux départements.

L’interdiction d’emploi du feu s’applique à toute personne. Les brûlages de végétaux, les feux de camp ou encore l’utilisation de réchaud et de barbecue, sauf à moins de 5 mètres d’une construction débroussaillée, dotée de l’eau courante et de l’électricité, sont interdits. Il est aussi formellement interdit de fumer dans les forêts, les landes et les maquis.

Le non-respect de l’interdiction d’emploi du feu peut engager la responsabilité civile de l’auteur et l’exposer, le cas échéant, à des poursuites pénales. Les peines d’amende applicables peuvent aller jusqu’à 100 000 € et à des peines d’emprisonnement.

Des patrouilles des forces de police, gendarmerie et forces mobiles sont très régulièrement menées.

La protection des personnes, des biens, de l’environnement repose sur le civisme de tous.