Communiqués de presse

Contenu

Nouvelle prorogation de l’interdiction d’emploi du feu en Corse du Sud jusqu’au lundi 27 octobre inclus

 

Le préfet de Corse-du-Sud est conduit à prononcer une nouvelle prorogation de l’interdiction totale d’emploi du feu jusqu’au lundi 27 octobre inclus.

 

En effet, la sécheresse exceptionnellement prononcée de la végétation n’a pas été significativement modifiée par les précipitations de ces derniers jours, au cours desquels il n’est tombé que de 0 à 2 mm de pluie sur la côte orientale, de 1 à 6 mm sur la zone littorale, et, très localement, de 10 à 15 mm sur les versants occidentaux du relief. Il n’a pas plu dans le sud du département. Par ailleurs, les températures restent nettement supérieures à la moyenne saisonnière. Le risque incendie demeure donc particulièrement élevé, au terme d’un été sec prolongé par un automne ensoleillé.

Le risque incendie augmentera encore en raison d’un épisode de vent très fort attendu mardi et mercredi avec des vitesses moyennes de 40 à 50 km, et des rafales pouvant atteindre 80 km/h dans l’après-midi de mardi.

Les vents se renforceront encore dans la nuit pour atteindre 100, voire 120 km/h localement, notamment sur les sommets et les caps.
Pour ces raisons, la présence des moyens nationaux en Corse, avec deux canadairs à Ajaccio, et deux trackers à Bastia, est prolongée encore au moins 48h.

Cette interdiction d’emploi du feu pourra être réévaluée en fin de semaine afin de tenir compte de l’évolution des conditions climatiques.

En attendant, la plus grande prudence reste de mise, y compris dans les activités de plein air.

L’interdiction d’emploi du feu s’applique à toute personne. Les brûlages de végétaux, les feux de camp ou encore l’utilisation de réchaud et de barbecue, sauf à moins de 5 mètres d’une construction débroussaillée, dotée de l’eau courante et de l’électricité, sont interdits. Il est aussi formellement interdit de fumer dans les forêts, les landes et les maquis.Le non-respect de l’interdiction d’emploi du feu peut engager la responsabilité civile de l’auteur et l’exposer, le cas échéant, à des poursuites pénales. Les peines d’amende applicables peuvent aller jusqu’à 100 000 € et à des peines d’emprisonnement.

La protection des personnes, des biens, de l’environnement repose sur le civisme de tous.