Communiqués

Contenu

Nouvelle prorogation de l’interdiction d’emploi du feu en Corse jusqu’au mercredi 12 novembre inclus

 

Le Préfet de Corse-du-Sud et le Préfet de la Haute-Corse sont une nouvelle fois conduits à prononcer une prorogation de l’interdiction totale d’emploi du feu jusqu’au mercredi 12 novembre inclus, en raison de la situation météorologique actuelle et de la sécheresse qui persiste dans la région.

En effet, cet état de sécheresse très marqué renforce le risque d’éclosion et de développement d’incendies sur l’ensemble de la région, les précipitations ponctuelles de ces derniers jours n’ayant pas entraîné d’amélioration significative du taux d’hydratation des végétaux.

Le risque incendie augmentera encore en raison d’un épisode de vent de sud-est attendu demain mardi dans l’après-midi se renforçant encore dans la nuit, notamment sur les sommets et les caps.

Les contrevenants à l’interdiction stricte de faire du feu sont systématiquement verbalisés : la surveillance régulière effectuée par des patrouilles renforcées des forces de police, gendarmerie et forces mobiles a une nouvelle fois permis d’identifier des auteurs d’infractions et d’engager plusieurs procédures judiciaires dans les deux départements.

Cette interdiction d’emploi du feu pourra être réévaluée au cours de la semaine afin de tenir compte de l’évolution des conditions climatiques, au vu des précipitations attendues en milieu de semaine.

L’interdiction d’emploi du feu s’applique à toute personne. Les brûlages de végétaux, les feux de camp ou encore l’utilisation de réchaud et de barbecue, sauf à moins de 5 mètres d’une construction débroussaillée, dotée de l’eau courante et de l’électricité, sont interdits. Il est aussi formellement interdit de fumer dans les forêts, les landes et les maquis.
Le non-respect de l’interdiction d’emploi du feu peut engager la responsabilité civile de l’auteur et l’exposer, le cas échéant, à des poursuites pénales. Les peines d’amende applicables peuvent aller jusqu’à 100 000 € et à des peines d’emprisonnement.

La protection des personnes, des biens, de l’environnement repose
sur le civisme de tous.