Campagnes sécurité routière

Contenu

Pour une rentrée scolaire réussie

 

Les enfants reprennent le chemin de l’école, quelques conseils de prudence :

 

Votre enfant ne perçoit pas la rue comme vous !

Sachez que jusqu’à environ 7 ans, un enfant :
· est dissimulé à cause de sa petite taille de la vue des conducteurs. Son panorama visuel est limité par les voitures stationnées, les piétons, le mobilier urbain, etc ;
· confond souvent voir et être vu. Autrement dit, s’il voit une voiture qui arrive, il est persuadé que son conducteur le voit aussi ;
· n’est pas capable encore de prendre en compte ce qui se passe sur les côtés. Il ne regarde que ce qui se trouve en face de lui ;
· éprouve des difficultés à évaluer les distances. Il a même du mal à distinguer une voiture à l’arrêt d’un véhicule roulant à faible vitesse ;
· identifie difficilement la provenance des bruits. Dans 40 % des cas, il se trompe entre un bruit venant d’en face ou de derrière et dans 80% entre un bruit venant de droite ou de gauche ;
· est dominé par ses émotions (peur, angoisse ou joie), et ne prendra pas en compte la voiture qu’il voit pourtant arriver ;
· ne tient compte que du réel. Il ne peut donc pas prévoir comment une situation va évoluer ;
· ne peut se concentrer que sur une seule chose à la fois. S’il veut rattraper un ballon, il peut traverser sans penser aux voitures qui roulent ;
· agit de manière impulsives et spontanée ; ses actions sont donc difficiles à prévoir.

Lui apprendre les dangers de la route

· Autorisez le ballon uniquement dans les squares ;
· Ne lui faites pas de signes s’il se trouve de l’autre côté de la chaussée ;
· Anticipez le départ à l’école pour éviter les situations de stress et d’anxiété.
Ce n’est que vers 11 ou 12 ans qu’un enfant est vraiment capable de prévoir l’évolution des situations et d’anticiper.

Rendez votre enfant visible !

La nuit et au crépuscule, la visibilité est très réduite pour les conducteurs. Alors pour limiter les risques d’accidents, il est encore plus indispensable pour un piéton d’être visible de loin la nuit.
La solution : équiper les habits et le cartable de votre enfant de bandes ou stickers rétro-réfléchissants qui renvoient vers les conducteurs la lumière de leurs phares, rendant un piéton visible à plus de 150 mètres contre 30 mètres sans !
Suivez attentivement le rythme de son développement psychologique et physiologique.
Et n’oubliez pas, un enfant n’est pas un adulte en miniature. Il apprend et se construit doucement. Il est en perpétuelle évolution : une chose acquise à un stade peut être remise en question au stade suivant. Il faut donc être à l’écoute de l’enfant pour savoir où il en est.

Bonne rentrée !