Dossiers

Contenu

Sécurité routière - présentation du radar mobile nouvelle génération

 

La sécurité routière, enjeu prioritaire de la politique de l’Etat en Corse

 

La sécurité routière, enjeu prioritaire de la politique de l’Etat en Corse

Des services mobilisés

Les services de police et de gendarmerie sont mobilisés en permanence au bord des routes pour assurer la sécurité des usagers. Les contrôles sont orientés en priorité vers :

- Les zones accidentogènes ;
- Les horaires sensibles (début de soirées et week-end) ;
- Les activités festives en période estivale, à l’origine de certaines dérives.

Le bilan des contrôles opérés traduit malheureusement un relâchement des automobilistes :

- 2500 procès verbaux pour excès de vitesse dressés chaque année ;
- 1500 dépistages positifs d’alcoolémie ;
- près de 700 permis retirés par les services de la préfecture.

Ce relâchement est sensible dans l’accidentalité : après une année 2012 très positive avec 7 tués et, pour la première fois, moins de 150 accidents, l’année 2013 compte déjà 11 tués sur les routes du département.

L’analyse des causes d’accidents démontre qu’une faute d’inattention du conducteur ou une vitesse excessive est à l’origine de l’accident dans la majorité des cas.

Principales causes d’accidents corporels :
- alcool 25%
- vitesse excessive 25%
- refus de priorité 10%
- dépassements dangereux 10%
- conduite à gauche 8%

Des actions de prévention

Afin de faire évoluer les comportements dans la durée, la préfecture conduit, en partenariat avec l’Education nationale, les collectivités et de nombreuses associations, une importante politique de prévention.

Thèmes prioritaires : les conduites addictives (alcool, stupéfiants), la jeunesse et les usagers vulnérables (conducteurs de deux-roues et piétons).

- Près de 5000 élèves sont sensibilisés chaque année à la sécurité routière ;
- Une piste d’éducation routière est mise à la disposition des collectivités et associations ;
- Les rassemblements festifs sont accompagnés par des associations qui oeuvrent en matière de sécurité routière.

C’est par ces actions que nous parviendrons à faire changer les comportements et à mettre fin à ce fléau qui tue, chaque année, 4 000 de nos concitoyens.

Les principaux dispositifs de lutte contre la vitesse excessive

L’action des forces de l’ordre est complétée par la présence dissuasive de 14 radars fixes dans le département.

Les recettes générées par les radars fixes (640 millions d’euros) sont dédiées à l’amélioration de la sécurité routière :

- 37% ont permis à l’Etat de financer l’installation et la maintenance des radars ;
- 30% ont été versés aux collectivités pour améliorer les infrastructures de transport ;
- 33% ont été affectés à l’agence de financement des infrastructures de transport (AFITF) qui porte les grands projets d’infrastructures.

Depuis 2009, les radars ont été diversifiés et permettent de lutter contre des infractions ciblées.

Le « radar mobile de nouvelle génération », lancé en mars 2013, est destiné à lutter contre les grands excès de vitesse et les comportements irresponsables d’usagers de la route roulant à une vitesse excessive, mettant ainsi en danger leur vie et celle des autres.

Il s’agit d’un radar embarqué à bord d’une voiture banalisée, conduite par un représentant des forces de l’ordre, se mêlant à la circulation.

Ce véhicule circulera sur des axes déterminés par les unités de police et de gendarmerie, sous l’autorité du préfet de département, principalement sur les portions de routes où sont relevées des vitesses excessives, sur tous les types de réseaux (routes nationales, départementales, agglomérations).

Vitesse et conduite : quelques chiffres clés

Sur les 3963 tués en France en 2012, les accidents générés par une vitesse excessive ou inadaptée ont causé la mort de plus de 1000 personnes

En 2012, la vitesse excessive est la cause principale de 26% des accidents mortels