Actualités

Contenu

Une nouvelle Capitainerie pour les officiers de port à Ajaccio

 

Depuis le 19 février 2014, les Officiers de port du port d’Ajaccio ont intégré les locaux flambants neufs de leur nouvelle Capitainerie, située boulevard Sampiero au 1er étage du nouveau bâtiment de la gare maritime cargo.

Les officiers de port font partie du service mer et littoral de la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM).

Officiers de port  en grand format (nouvelle fenêtre)
Officiers de port
De droite à gauche : M. Pascal Lacroix, le Commandant du port et ses deux adjoints, MM. Cyril Polliard et Claude Nedelec

Depuis très longtemps, les ports et rades sont considérés comme des espaces stratégiques devant être protégés et organisés.

Le statut des agents chargés de la police portuaire tel qu’il est aujourd’hui a été défini par l’ordonnance de la marine de Colbert. Le livre IV de l’ordonnance traitait de la police des ports « Les ports et Havres seront entretenus dans leur profondeur et netteté, faisons défenses d’y jeter aucunes immondices … », « ceux qui auront des poudres dans leurs Navires, seront tenus aussi à peine de cinquante livres d’amende, de les faire porter à terre incontinent après leur arrivée … ». Cette police confiée aux maîtres de port était déjà très avancée. Les préoccupations des autorités de l’époque étaient déjà celles que nous connaissons aujourd’hui : police du balisage, police de la navigation, police de l’environnement, police de la grande voirie, police des matières dangereuses (« crainte des accidents qui pourraient arriver par le feu qui pourrait se mettre aux poudres »).

L’importance des officiers de port pour Ajaccio

Les premiers quais d’Ajaccio avaient été construits entre 1808 et 1810. Le 18 juin 1830 y accostait le vapeur Liamone établissant ainsi avec la compagnie Fraissinet la première liaison maritime entre Toulon et Ajaccio.

Le ministre de la marine Prospère de Chasseloup Laubat dans un rapport en 1839 énonçait des difficultés d’exploitation toujours d’actualités pour les officiers de port de la capitainerie du port d’Ajaccio : « Lorsque les vents d’Ouest ou de Sud-Ouest soufflent avec un peu de violence, ils soulèvent les vagues qui viennent se briser contre le quai et déferlent ensuite sur la place du marché jusqu’au-delà de l’Hotel de Ville. Les navires qui se trouvent alors devant cette place ne peuvent y rester sans s’exposer à de véritables dangers … ». Les habitués du port d’Ajaccio imagineront aisément la même scène à l’aube du XXIe siècle avec d’autres moyens et une autre organisation adaptés au gigantisme des navires qui fréquentent le port. Ces professionnels qui interviennent sont les mêmes, qu’ils soient pilotes, lamaneurs, acconiers, agents maritimes ou officiers de port.

La police des ports maritimes en Corse-du-Sud

La police portuaire actuelle, spécifique aux ports maritimes avait été définie dans le livre III du code des ports maritimes. Ce texte qui fixe les règles relatives à la sécurité du transport maritime et des opérations portuaires, et au transport et à la manutention des marchandises dangereuses a été intégrée dans le code des transports entré en vigueur le 1er décembre 2010. Il y est introduit les responsabilités en matière de sûreté et la mise en œuvre des mesures qui l’accompagne.

Avant 1983, l’État était en charge de la totalité des missions de police portuaire du port d’Ajaccio. La loi n° 2002-92 du 22 janvier 2002 relative à la Corse a transféré à la collectivité territoriale de Corse (CTC) les compétences pour le port d’Ajaccio non transférés en 1984 aux départements ou aux communes mais l’État est demeuré compétent pour y exercer la police des ports maritimes.

L’ordonnance n° 2005-898, du 2 août 2005, a créé l’autorité investie du pouvoir de police portuaire (AIPPP) chargée de la police des plans d’eau de la sécurité et des matières dangereuses et l’autorité portuaire (AP) chargée de la police de l’exploitation (la CTC).

Pour le port d’Ajaccio, l’AIPPP est l’État, la capitainerie est armée par 6 fonctionnaires de l’État, qui exercent cette mission sous l’autorité du préfet du département de Corse du Sud et sont mis à disposition de la collectivité pour l’exercice de la mission de l’AP. La chambre de commerce et d’industrie de Corse-du-Sud (CCI 2a), quant à elle, a été désignée par la CTC comme autorité délégataire chargée de la gestion du port.

Pour les ports de commerce de Propriano, de Bonifacio et de Porto-Vecchio, c’est le conseil général de Corse-du-Sud qui, depuis les lois de décentralisation du 7 janvier 1983 et du 13 août 2004, exerce la mission de l’AP.

Les chiffres nationaux

Les Officiers de Port c’est : 326 hommes et femmes en postes dans 35 ports d’Etat dont 7 ports autonomes de métropole et d’Outre-Mer, qui assurent leur mission 24heures sur 24, 365 jours par an.
Ils permettent à 28 millions de passagers, 46 000 navires et à 350 millions de tonnes de marchandises de transiter chaque année en toute sécurité dans les ports.

Les chiffres pour la Corse-du-sud (bilan d’activité CCI 2A)

Les officiers de Port pour le département :
6 agents à Ajaccio, 3 agents à Bonifacio, 1 agent à Porto-vecchio et 2 agents à Propriano.

Pour la période 2012-2013, le port de commerce d’Ajaccio :


- 10 151 000 passagers de ligne ;
- 346 000 passagers de croisières pour 175 escales de croisière ;
- 1 144 000 tonnes de fret.

Pour la même période, les ports de commerce de Bonifacio, Porto-Vecchio et Propriano :
- 512 000 passagers de ligne (dont 49 % concernent Bonifacio) ;
- 34 600 croisieristes (dont 64% concernent Propriano) pour 104 escales de croisière (dont 63 % concernent Bonifacio) ;
- 429 000 tonnes de fret : Porto-Vecchio (52%) et Propriano (48%).
Source site internet CCI 2A